La sociologie du nationalisme

Relations, cognition, comparaisons et processus

Livre numérique

La sociologie du nationalisme
  • Éditeur québécois

Le présent ouvrage propose une introduction au champ d’étude de la sociologie du nationalisme. Il s’adresse aux étudiants en sciences sociales, ainsi qu’aux citoyens qui cherchent à expliquer et à comprendre les phénomènes nationalistes dans le monde contemporain. L’auteur analyse l’évolution de la recherche en la situant, d’une part, dans sa conjoncture historique et, d’autre part, dans le mouvement des transformations qu’a connu cette discipline depuis la fin de la Guerre froide. Puisant ses inspirations théoriques dans la tradition wébérienne, dans la sociologie historique et dans l’analyse politique contextualisée, ce livre illustre et met en relief les relations sociales, les modes de cognition, les stratégies comparatives et les processus sociaux qui sont étroitement liés à l’analyse du nationalisme. Une de ses caractéristiques est de faire voir que, si les approches macrosociologiques ont longtemps dominé la sociologie du nationalisme, il n’est plus possible, dans ce domaine comme dans d’autres branches de la sociologie politique, d’ignorer les mécanismes de niveaux mésosociologiques qui permettent de comprendre les pratiques nationalistes et ethniques dans leur contexte. Frédérick Guillaume Dufour est professeur de sociologie politique à l’Université du Québec à Montréal. Il a publié en 2015 l’ouvrage La sociologie historique. Traditions, trajectoires et débats dans la collection « Politeia » aux Presses de l’Université du Québec. Il détient une formation doctorale et postdoctorale en science politique des universités de York (Toronto), de Californie (Los Angeles) et du Sussex (Brighton). Avec la collaboration de Emanuel Guay et Michel-Philippe Robitaille.

Frédérick Guillaume Dufour est professeur de sociologie politique à l’Université du Québec à Montréal. Il a publié en 2015 l’ouvrage La sociologie historique. Traditions, trajectoires et débats dans la collection « Politeia » aux Presses de l’Université du Québec. Il détient une formation doctorale et postdoctorale en science politique des universités de York (Toronto), de Californie (Los Angeles) et du Sussex (Brighton).

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Collection Politeia 6
Crédits 8
Remerciements 9
Table des matières 11
Liste des figures et des tableaux 15
Introduction 17
1. Une analyse sociohistorique du politique 31
2. Les idéaux-types, les catégories analytiques et les catégories des pratiques 34
3. Des catégories pratiques, des organisations sociales et des modes de regroupement 38
4. Les catégories, les idéaux-types et les autres enjeux terminologiques 42
5. L’État-nation ou l’État national ? 44
6. Les frontières sociales ou les clôtures sociales ? 44
7. L’opposition majoritaire-minoritaire 45
8. La notion de « petites nations » 47
9. Des conflits ethniques ou ethnonationalistes ? 49
10. Le plan de l’ouvrage 49
11. Des notes sur la traduction de termes techniques 51
PARTIE I | HISTOIRE 53
CHAPITRE 1 | VERS UNE SOCIOLOGIE DU NATIONALISME 55
CHAPITRE 2 | L’ÉMERGENCE D’UN CHAMP D’ÉTUDES DU NATIONALISME 1964-1990 97
PARTIE II | RELATIONS, COGNITION,COMPARAISONS 147
CHAPITRE 3 | UNE ONTOLOGIE RELATIONNELLE DES GROUPES ET DES CLÔTURES SOCIALES 149
CHAPITRE 4 | LE NATIONALISME ET LA COGNITION 209
CHAPITRE 5 | LES ANALYSES COMPARATIVES DU NATIONALISME 261
PARTIE III | PROCESSUS, I NSTITUTIONS, CONFLITS ET HÉGÉMONIE 309
CHAPITRE 6 | LES PROCESSUS, LES INSTITUTIONS, LES CONFLITS ET L’HÉGÉMONIE 311
CHAPITRE 7 | LE NATIONALISME, LA TERRITORIALITÉ ET LA SOUVERAINETÉ 351
CHAPITRE 8 | LE NATIONALISME ET LE CAPITALISME : LES CLASSES SOCIALES ET LES PROCESSUS 385
CHAPITRE 9 | LES CONFLITS SOCIAUX ET ETHNONATIONALISTES 433
CONCLUSION 491
BIBLIOGRAPHIE 497
Dans la meme collection 537
Quatrième de couverture 540