Des ponts interculturels à la rivière Romaine?

Développement nordique et territorialités innues

Livre numérique

Des ponts interculturels à la rivière Romaine?
  • Éditeur québécois

Depuis 2009, la rivière Romaine, sur la Côte-Nord, a été transformée en mégacomplexe hydroélectrique par la société d’État Hydro-Québec. Au point culminant des travaux, plus de 2 000 personnes y ont œuvré : ils ont déboisé et construit une route, des campements, quatre barrages et autant de centrales et de réservoirs, pour un coût estimé à 6,5 milliards de dollars. Cet ambitieux projet se situe en plein cœur du Nitassinan, territoire ancestral des Innus, et de la municipalité régionale de comté de Minganie. Si, dans les balbutiements du projet, cette réalité territoriale interculturelle nordique a été reléguée à l’arrière-scène, la réalisation des travaux a ramené les territorialités innues et non autochtones à l’avant-plan.

Au-delà des retombées économiques et géopolitiques bien connues et des autres effets multiformes, positifs ou négatifs, qu’il a engendrés, quels sont les legs interculturels du chantier de la Romaine ? S’agit-il d’une occasion pour les membres des différentes communautés innues et minganoises de se rapprocher, celles-ci partageant plusieurs enjeux communs de développement ? Quelle est la place des Innus au sein de ce projet d’envergure ? Comment se décline la vie quotidienne des travailleurs des mégachantiers nordiques d’aujourd’hui ? Quels sens confèrent-ils à la mobilité, au travail et à leur espace social ? Voilà autant de questions explorées dans le présent ouvrage, qui permet une immersion dans l’expérience des artisans du territoire ayant façonné le chantier de la rivière Romaine.

Laurie Guimond est professeure au Département de géographie de l’Université du Québec à Montréal. Elle oeuvre à valoriser le rôle essentiel des relations interculturelles dans le développement territorial du Québec du Nord. Ses travaux se penchent aussi sur les mobilités et les migrations nordiques et rurales contemporaines. Les recherches partenariales nord-côtières qu’elle mène depuis 2003 se concentrent en Minganie, en Basse-Côte-Nord et dans le Nitassinan.

Alexia Desmeules est conseillère à la Direction des négociations et de la consultation du Secrétariat aux affaires autochtones. Son mémoire de maîtrise en géographie a exploré les effets du chantier hydroélectrique de la Romaine sur les rapports au territoire, tant matériels
qu’idéels, des Innus de la communauté d’Ekuanitshit. Elle collabore également à d’autres projets de recherche interculturelle sur la Côte-Nord.

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Crédits 8
Première préface 11
Seconde préface 15
Remerciements 17
Table des matières 19
Liste des figures 23
Liste des abréviations 25
Introduction 27
Développement territorial nordique et relations interculturelles 29
Territorialités autochtones 32
Économie des ressources, modes d’habiter et géographie de la vie quotidienne 35
Chapitre 1. La rivière Romaine en chantier: clés de lecture 39
1.Balbutiements de l’avant-projet 43
2.Arrivée et installation des travailleurs 44
3.Vie quotidienne au chantier et aux campements 47
4.Prêter l’oreille aux travailleurs et aux acteurs-clés 49
Chapitre 2. La « trail de la marmotte » : modes d’habiter des travailleurs de la Romaine 53
1.Travail et routine au chantier : la « trail » et la « run » 54
2.Espace social : la deuxième famille, les « cliques » et les reclus 61
3.Habitat : entre l’ici et l’ailleurs 65
4.Le chantier-habité et ses travailleurs-habitants 72
5.Un habitat marginal à revisiter 76
Chapitre 3. Travailleurs innus au chantier et aux campements: emploi et espace de rencontre 79
1.Emploi au chantier 80
2.Le chantier comme espace de rencontre 86
3.Tailler sa place au chantier 96
Chapitre 4. Transformations de la rivière Romaine des Innus d’Ekuanitshit 97
1.Le courant de la mémoire : la rivière en héritage 98
2.Territoire de confluences : de rivière à réservoirs 99
3.« L’Après-Romaine » 103
4.Entre sacrifice et opportunité 106
Chapitre 5. Synthèse. Un territoire, deux nations : legs du chantier Romaine 109
1.De l’essence du territoire 111
2.La Minganie : un territoire interculturel mitigé 121
Conclusion. Entre méconnaissance, indifférence, solidarité et concertation 129
Bibliographie 133
Dans la meme Collection 145
Quatrième de couverture 154