Le Cri des oies
  • Éditeur québécois

Ce soir, je ne suis plus certaine que je t’aime. Je pense que tu nous dois des excuses. Si tu étais là, devant moi, je t’arracherais le cœur, tout juste là où je ne sens plus rien.
Marcel meurt subitement à 43 ans, devant son fils et sa femme. Dans leur maison de banlieue, tout vole en éclats. Pour survivre au drame, Émile lit à voix haute les lettres d’amour de ses parents avant de s’endormir. Joanne mélange la benzodiazépine et le vin blanc, les cris et les larmes. Mais le rire de son fils sera cette ficelle qui la gardera en vie et lui donnera l’élan de la remontée. Ensemble, forts de leurs cœurs écorchés et condamnés à aimer à perpétuité, ils se lanceront à nouveau dans la vie, la tête bien haute, comme les oies fortes dans le plein ciel.
Le récit émouvant et juste de citrons très amers devenus limonade.