Liberté des savanes
  • Éditeur québécois

«À demi mort, mort-vivant, mort en sursis, mort de peur, en danger de mort, la mort dans l’ âme, plus mort que vif, comme on voudra. Je découvre enfin que nous sommes tous éblouis par le soleil noir de la dernière heure. Que c’est le lot des survivants, cette culpabilité de rescapé, doublée du désir fou de se traîner vaille que vaille dans la lumière. Il ne s’agit pas de mériter, de jouer au héros : ce que les autres appellent le bonheur – mot que je ne comprenais et ne comprends toujours pas –, je décide de le nommer contentement de vivre et j’entends bien désormais le chercher et le trouver tout seul. Le coeur n’est-il pas d’abord un muscle ? Et un muscle, ça se tend, se détend, se retend. Ce muscle-là doit bien être assez futé pour tenir ses promesses.»

Avec «La Liberté des savanes», livre inclassable où règne un équilibre fragile entre ombre et lumière, Robert Lalonde nous oblige à ouvrir les yeux sur le monde, sur la vie, leur misère et leur splendeur.