L'enlèvement de Sabina

Livre numérique

L'enlèvement de Sabina
  • Éditeur québécois

La fête s’était poursuivie jusqu’après minuit, jusqu’au moment où elle avait pris fin brusquement. Les Comans avaient vite remplacé les brocs par les couteaux. […] Les jeunes Slavines avaient à peine eu le temps de comprendre ce qui leur arrivait. Au début, elles avaient cru à une plaisanterie et avaient commencé à rire lorsqu’elles s’étaient vues hissées, comme des sacs, sur l’épaule des hommes. C’est le cri aigu de l’une d’entre elles qui avait donné le signal des lamentations. Les femmes avaient alors compris, d’un coup, qu’elles étaient victimes d’un enlèvement perpétré à la faveur d’un repas censé être amical. Felicia Mihali s’est librement inspirée de deux légendes, celle de l’enlèvement des Sabines et celle des Danaïdes. Dans son roman, les Comans enlèvent des Slavines, les filles du village voisin, lors d’un souper festif où ils les ont conviées avec leurs familles. Le lendemain, ils les épousent. Comment réagiront-elles? Suivront-elles l’exemple des Sabines, qui ont incité leurs pères et leurs maris à se réconcilier, ou celui des Danaïdes, qui ont tué leurs maris le soir de leurs noces? L’enlèvement de Sabina est un roman baroque qui tient tout à la fois du conte populaire, du roman d’aventures, de l’épopée et du thriller. Tout en s’inspirant de la mythologie et des légendes, il est fortement ancré dans la vie quotidienne des villageois. Anachronique, il emprunte aussi bien à l’Antiquité qu’au Moyen Âge, hanté par les Croisades, tout en faisant des clins d’oeil à l’époque contemporaine. Ludique, il traite néanmoins d’un sujet fort sérieux: les relations hommes-femmes.