Bolivie: l'illusion écologiste

Voyage entre nature et politique au pays d'Evo Morales

Livre numérique

Bolivie: l'illusion écologiste
  • Éditeur québécois

Depuis l’élection d’Evo Morales à la présidence en 2006, la Bolivie constitue un formidable laboratoire de la gauche latino-américaine. Défense des droits autochtones, promotion du concept du vivir bien («bien vivre»), constitutionnalisation des droits de la Pachamama («Terre-Mère»), organisation d’une Conférence mondiale des peuples sur les changements climatiques: ce gouvernement issu des mouvements sociaux a clairement affiché sa volonté de rupture avec le néolibéralisme. Mais en parallèle, il n’a pas résisté à la tentation d’intensifier l’exploitation des ressources naturelles du pays, tout en soutenant l’agriculture intensive et transgénique et en accordant de faibles budgets à la protection de la nature. Tension créatrice ou paradoxe irréconciliable?

S’interrogeant sur les dynamiques politiques à l’œuvre dans ce processus de transition, Dimitri de Boissieu a sillonné les aires naturelles protégées de la Bolivie pour rencontrer divers acteurs sur le terrain. Sa vaste enquête révèle que le gouvernement d’Evo Morales, loin d’avoir renoncé aux dogmes de la croissance économique, n’a pas réussi à mettre en place un État véritablement écosocialiste comme plusieurs l’espéraient. Malgré ce désenchantement, nombreux sont ceux et celles qui cultivent encore l’utopie de bâtir des civilisations capables de vivre en harmonie avec la nature.

Table des matières

Table des matières
Bolivie: l'illusion écologiste 1
Liste des sigles 13
Intentions 17
Avion 20
La Paz 25
Apolobamba 69
Cotapata 102
Cochabamba 127
Carrasco 138
Amboró 157
Santa Cruz 179
Tipnis 218
Tiquipaya 245
Madidi & Pilón Lajas 259
La Paz (2) 284
Tentative de reconstitution des faits 292
Poursuivre la recherche d’alternatives au développement 301
Épilogue 309
Remerciements 310