Sept leçons sur le cosmopolitisme

Agir politique et imaginaire démocratique

Livre numérique

Sept leçons sur le cosmopolitisme
  • Éditeur québécois

« Je suis citoyen du monde, car la vraie citoyenneté est celle qui s’étend au monde entier. » Voilà comment Diogène de Sinope, philosophe grec du IVe siècle avant Jésus-Christ, déclarait son cosmopolitisme. Cette affirmation restera toujours de l’ordre de l’utopie, une proposition philosophique, ou encore une attitude personnelle en regard du monde.

À la fin du XXe siècle, plusieurs penseurs contemporains annoncèrent que le cosmopolitisme était pour ainsi dire devenu vrai. L’après-guerre avait vu naître des organisations politiques internationales; des tribunaux humanitaires à portée planétaire s’imposaient, l’économie se mondialisait et se dotait d’outils internationaux de régulation, les migrations définissaient une nouvelle pluralité cosmopolite. Les frontières tant politiques, économiques, culturelles que démocratiques de l’État-nation s’effaçaient. La fin de l’histoire était là.

Le présent ouvrage s’intéresse à ce débat. Le cosmopolitisme est-il impolitique ?

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Collection 3
Du même auteur 4
Données de catalogage 6
Remerciements 11
Table de matières 13
INTRODUCTION - DONNER SA LEÇON, OU FAIRE LA LEÇON, AU COSMOPOLITISME 15
PREMIÈRE PARTIE - LE COSMOPOLITISME ET LA FORME POLITIQUE NATIONALE 35
Leçon I - Brève histoire du cosmopolitisme : de Diogène à Ulrich Beck 37
Leçon II - Pourquoi le cosmos a-t-il besoin d’une politie ? 69
DEUXIÈME PARTIE - LE COSMOPOLITISME ET LE REFUS DE L’INSTITUTION 93
Leçon III - Le cosmopolitisme culturel 95
Leçon IV - La démocratie radicale 125
TROISIÈME PARTIE - LE COSMOPOLITISME PRATIQUÉ 145
Leçon V - Voir au-delà de l’État-nation : l’Europe 147
Leçon VI - Le cosmopolitisme s’est trouvé une patrie : l’Amérique 185
Leçon VII - Le Canada est-il vraiment une société cosmopolite ? 211
Résumé 233