Port de mer
  • Éditeur québécois

On s’en allait chez lui pour qu’il me pète la gueule. Au pire je m’en tirerais avec quelques instants pénibles ça m’était déjà arrivé. C’était peut-être comme ça qu’on devenait un homme.

Mai 1983. Un jeune étudiant en littérature se fait agresser par un homme qu’il a suivi au Port de mer, une tour d’habitation située près du métro Longueuil. Il n’en parlera à personne. Pendant les mois qui suivront, aucun de ses proches ne saisira la détresse insidieuse qui l’amènera au bord de l’abîme.

Dans une langue crue d’une rare efficacité, ce récit haletant et sans concession témoigne de la dureté d’un monde où les souffrances les plus complexes, lorsqu’elles ne sont ni avouées ni perçues, trouvent difficilement le chemin de la guérison.