Emma contre les vampires
  • Éditeur québécois

Si seulement il battait encore… Angus MacKay était un mort-vivant depuis près de cinq cents ans, et il était rare que quelque chose, ou encore quelqu’un, puisse le surprendre. C’était avant qu’Emma Wallace ne se manifeste. Le simple fait d’avoir la pulpeuse agente de l’équipe de Surveillance de la CIA sous les yeux suffisait pour qu’Angus s’arrête net. Il allait ensuite découvrir qu’elle était une tueuse de vampires, résolue à tuer les «monstres» qui avaient assassiné ses parents, et c’était à lui qu’on avait confié la tâche de l’arrêter.
Les seuls vampires qui n’ont pas tort sont les vampires qui sont morts. C’était là la devise d’Emma depuis qu’elle avait décidé de consacrer sa vie à la destruction de ces choses. Angus Mackay souhaitait maintenant la convaincre de penser autrement. Oui, c’était un séduisant guerrier des Highlands qui semblait s’être glissé dans le réel depuis la page couverture d’un roman d’amour, avec son accent écossais, son kilt et son épée, mais il faisait tout de même partie d’eux, et s’était son travail de le tuer.
La guerre est ouverte. Est-ce qu’elle se terminera par la destruction de l’un d’entre eux ou même des deux, ou est-ce qu’ils capituleront en faveur d’une passion pouvant durer pendant des siècles et des siècles?