Comme un intrus
  • Éditeur québécois

C’est soir de tapis rouge et le cinéaste Marcel Lacroix est sur les rangs pour l’obtention du Jutra du meilleur long-métrage pour son film Comme un intrus, qui raconte un drame familial inspiré de faits vécus. Mais le triomphe peut avoir un goût aigre-doux lorsqu’il s’agit de sa propre vie qui est exposée au grand jour...

Au moment de la sortie de prison de son père, un cinéaste se remémore les événements ayant conduit à son incarcération dans les années 60. Les ennuis commencent lorsque la famille de Paul Lacroix, qui habite dans un modeste appartement de la rue Ontario, doit accepter l’offre d’un membre de la parenté d’habiter à Outremont à la suite d’un incendie. Le petit Marcel, 8 ans, a la grande faculté de se faire oublier des adultes et se retrouve plus souvent qu’autrement, le témoin de plusieurs mystérieuses conversations... Qu’est-il arrivé à la tante Florida, promise à un bel avenir comme chanteuse dans les cabarets de Montréal ? Et qu’est-il advenu de Philippe, ex-joueur de hockey des Blackhawks de Chicago reconverti en hommes d’affaires prospère ? Facile de perdre son innocence et d’être désabusé lorsque les adultes qui nous entourent font du mensonge une spécialité.